Muestra de Arte en el Espacio Público
INTERVENCIONES 08
logotop
home proyectos taller programa guia de isora sponsors nosotros prensa
------------------------
Artistas/Artists
------------------------
Adrián Alemán
Nayari Castillo
Hassan Darsi
Drago Díaz
Mariela Limerutti
María Requena/
Israel Pérez
Martin Schmidt
Néstor Torrens
Rodrigo Yanes
------------------------
Hassan Darsi Proyecto / Project Desarollo/Development CV

Gold of Africa

Une mise en œuvre de la surface…

Depuis 10 ans, les travaux réalisés par Hassan Darsi à partir de l’adhésif doré suivent une évolution qui rythme les différentes étapes et mutations de son parcours d’artiste.
Des premières applications de « dorure » - interrogeant simplement le reflet ou badigeonnée de blanc d’Espagne en attente de possibles interventions du visiteur - aux objets momifiés dans l’adhésif doré, c’est tout un monde de perceptions et de décalages que l’artiste développe et questionne. Ainsi, par le simple recouvrement de la dorure, il fait d’objets usuels et abandonnés aux confins de notre quotidien des « totems » de la banalité. Réinvesti, « re-designé » par l’adhésif doré, l’objet s’invente une nouvelle existence, se joue de la préciosité que lui confère « l’or » de sa surface et brouille nos repères visuels ordinaires. Une simple poupée récupérée dans une poubelle de Beyrouth devient alors une créature aussi inquiétante que fascinante… Hassan Darsi détourne les mécanismes universels qu’engendre immanquablement la couleur de l’or, en même temps qu’il interroge notre regard, celui que nous portons et celui que nous ne portons plus sur les choses de la vie. C’est ce qui porte le travail de l’artiste, lorsqu’il transpose la réalité à l’échelle d’une maquette, lorsqu’il juxtapose des portraits anonymes le long d’un mur de chemin de fer, lorsqu’il recouvre de dorure la façade d’un bâtiment… Une mise en exergue ou une mise en abîme de la surface, faire disparaître ou faire apparaître… C’est ce qui se joue dans les « superpositions» de Darsi, qu’elles opèrent par la dorure, la photographie, le texte, le son, ou la cohabitation de tout ces « subterfuges » qui déplacent le champ de l’art là où on ne l’attend pas.

Florence renault-darsi, février 2008